jeudi 19 mai 2016

Loin d'ici

L’immensité de la forêt s’étendait sur les collines rocheuses, recouvrant l’horizon de sa verdure immémoriale. Les cours d’eau glacés se frayaient un chemin en de doux entrelacs aux fonds des gorges, roulaient en bruissant autour des amas de roches millénaires avant de s’assoupir en de larges étendues brunâtres bordées d’herbes et de mousses.  L’immobilisme du paysage dégageait une majesté éternelle où se fondaient vol bas des oiseaux et le lent pas des bruns caribous, voyageurs indolents des grandes étendues. Au-dessus d’eux, les montagnes étaient encore couvertes de plaques de neige d’où commençaient à poindre les gris rochers du printemps.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire